Hello les déco-addicts, parlons un peu inspirations aujourd’hui. La datcha russe (maison secondaire) est un endroit où l’on échappe aux bruits et à la complexité des villes. Elle est chaleureuse, solaire, colorée, faite de bois travaillé et ornementé. Pour en savoir plus sur l’origine du mot, rendez-vous à l’article « Datchawhat ? ». Pour le moment, causons déco russe, moldave, un peu bohème…

Ce qui me vient à l’esprit en premier lorsque je pense déco russe, c’est les tissus. De superbes rideaux et couvre-lits avec de grandes fleurs et beaucoup de couleurs vives. Ça habille tout de suite une pièce ! Il n’y a pas de compromis : soit on aime, soit on déteste. C’est ce qui m’attire quand je mise sur ce type d’ambiance. Pas de demi-mesure et un vrai défi déco ☺. Même si l’on choisit de n’utiliser qu’une seule pièce phare, elle attire tout de suite l’œil et devient centrale.

Ma version préférée, c’est le mur de fleurs. Un mur entier, dans une pièce avec des couleurs unies, assorties et surtout plus foncées sur les autres murs. C’est une prise de risque, et il faut être sûr de ne pas s’en lasser (quoique ça donnera une excuse pour faire de la déco encore et encore ^^), mais le rendu peut facilement être canon. Ça marche du tonnerre dans un salon suffisamment lumineux ou au contraire dans une chambre feutrée. Et si en plus on trouve des housses de coussins avec des motifs dans le même style pour faire un mix d’imprimés, on a tout bon.

On trouve du papier-peint à fleurs qui colle avec cette ambiance sur Etoffe ou encore sur Papier peint des années 70.

Ici, les papiers peints Belisama et Amina, respectivement à 11,13 € le m², pour un mur de 2,5 m de haut sur 5 m de large, compter un peu plus de 230 € (il faudra 4 rouleaux pour pouvoir faire correctement les raccords)

Ici, les papiers peints Eden Exotic chez Graham & Brown et Sulu chez Au fil des couleurs

C’est accueillant, ça réchauffe le cœur et ça donne envie de rester à la maison non ?
Eh oui parce que l’âme slave, ce sont des émotions intenses, flamboyantes et des lieux qui affichent une convivialité à toutes épreuves et tranchent avec le froid, le vent, l’hiver.

Ce sont les émotions que je voulais récréer dans ma chambre. J’y ai parsemé quelques touches d’imprimés et de tapisseries à fleurs. Je vous dis comment et où les trouver par ici.

Les imprimés vont parfaitement avec le bois, massif, rustique. Même dans un chalet de montagne aux aménagements sommaires, on arrive à attirer l’attention et à donner un côté cosy avec de simples rideaux et un plaid, une table en bois brut, des chaises en bois peintes dans des tons rouges et orangés.

Beaucoup de magasins de déco lancent des collections bohème ces derniers temps. On peut trouver chez Maison du monde ou chez AM.PM des coussins déjà tout finis. Je préfère les faire fabriquer par ma couturière de quartier pour être quasi-certaine de ne pas les retrouver ailleurs et avoir une déco vraiment unique. Pour se fournir en tissus, rendez-vous sur Etoffe, A little mercerie, etc.

On peut également dénicher des tapis aux motifs floraux et aux couleurs saturées et les superposer ou les mixer avec des tapis plus géométriques. Mais on va pas se mentir, les grands, beaux tapis moldaves, bohèmes, etc. sont très vite très chers et très difficiles à trouver. Je suis fan des boutiques Rugstory et Uniquerugstore mais leurs pièces uniques sont malheureusement hors de portée de ma bourse. Il faut tenter Brocantlab, chercher sur Etsy et croiser les doigts pour en trouver sur Le bon coin ! (Ça m’est arrivé avec un magnifique tapis berbère en soie négocié à 35 euros, pour de vrai).

Une autre astuce : les enchères. Sur Catawiki, il arrive que certains produits ne dépassent que de peu la centaine d’euros au moment de la fin de la vente. Il faut jeter un œil régulièrement, faire attention aux descriptions, aux tailles et aux provenances. Attention surtout aux petits filous (pour ne pas dire aux gros C***) qui parlent en millimètres et pas en centimètres et qui vous vendent des miniatures au prix des grandes tailles). Mais c’est un bon moyen de dénicher de superbes tapis russes, moldaves, parfois d’époque (1850-1950) sans se mettre à dos sont banquier ou se retrouver à chanter du Polnareff en tenue d’Eve sur Youtube pour récolter des vues et monnayer sa dignité (non, ceci n’est pas une anecdote tirée de faits réels). Et puis ça fait de l’adrénaline, de la fierté quand on reçoit sa bonne affaire. Une recommandation toutefois : espacer ses enchères pour ne pas devenir accro (sissi, ça arrive plus vite qu’on ne le croit).

Bref, pour réussir une déco russe, les conseils à retenir : faire ressortir un seul élément et rester sobre sur le reste ou miser sur le mix and match en gardant un peu de recul (même si vous êtes un/une fan inconditionnel(le) des imprimés) pour ne pas surcharger.

MERCI D’AVOIR PRIS LE TEMPS DE LIRE CET ARTICLE SUR LE BLOG DECO DATCHA ! POUR ÊTRE AU COURANT DES NOUVEAUTÉS ET BONS PLANS :

Sources photos : Etoffe / boutique Histoire de Tapis sur A Little Market